Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/lang.php on line 32 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 38 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 39 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 40 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/flock.php on line 60 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 560 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 561 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 609 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 619 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil : Évaluation des enseignants : une bien pauvre caricature.
Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Politiques
  • 21 novembre 2011

    Évaluation des enseignants : une bien pauvre caricature.


    Le Sgen-CFDT demande l’ouverture de négociation pour d’autres procédures d’évaluation et appelle à la grève intersyndicale le 15 décembre

    Le ministère de l’Éducation nationale vient d’imaginer du nouveau dans le monde enseignant : comme à son habitude sans faire montre de la moindre volonté de travailler dans la transparence et la concertation. Du pur Châtel. C’est, à n’en pas douter, ce qui rend le projet si caricatural ... dogmatique et donneur de leçons.


    Caricatural ?
    Parce qu’il s’agit de changer une institution : la notation des enseignants, des enseignants seulement. Sans se poser la question de la faisabilité réelle de ce changement, sans ouvrir de négociations. Sans même se dire que l’institution, parce que vieillotte, mérite mieux que la brutalité.

    Il s’agit de supprimer, purement et simplement, l’inspection, part essentielle, actuellement, de la notation des enseignants du second degré (60%), et d’en laisser la responsabilité pleine et entière aux seuls chefs d’établissement (40% de la note actuellement). Vu de l’extérieur, qui pourra comprendre l’importance de ce changement ? Personne, le sujet est bien trop technique et pointu pour espérer que la mesure suscite un intérêt et à plus forte raison une réaction populaire ... Preuve certainement que le gouvernement n’a pas du tout l’ambition de faire de l’Éducation un sujet populaire si ce n’est, peut-être, pour le stigmatiser régulièrement.

    Pourtant l’évaluation des enseignants est un sujet qui mérite examen. De la manière de la concevoir dépend beaucoup l’évolution du système éducatif. Alors, pour ou contre l’inspection ?

    Le Sgen-CFDT n’a pas beaucoup d’état d’âme ... l’inspection qui permet surtout de gérer l’avancement des fins de carrières (la note de l’inspecteur est rapidement la seule à compter vraiment pour l’accès rapide aux derniers échelons de la classe normale puis de la hors classe) n’a encore jamais permis de résoudre les réels problèmes pédagogiques quand il s’en rencontre au sein des équipes et des établissements, ni, non plus, de faire faire un bond qualitatif à l’enseignement. Il n’y a pas à se battre pour cette procédure sclérosée, les inspecteurs, aussi sincères et efficaces soient-ils, ont peu de moyens à leur disposition.

    Dans ce cas, pourquoi critiquer le ministère ?
    Parce que faire reposer toute l’évaluation sur les chefs d’établissement, c’est se moquer de ces derniers ainsi que ... des inspecteurs eux-mêmes, qui, étrangers à l’établissement, ont un avis déconnecté du contexte lorsqu’ils inspectent : c’est un fondamental de leurs missions que cette objectivité relative. C’est certainement aussi se moquer des enseignants qui malgré tout auraient pu avoir leur mot à dire.
    Comment imaginer qu’un chef d’établissement pourra mener à bien la tâche, tous les trois ans, de conduire 90 entretiens d’évaluation dans tel établissement, 120 ou 180 dans tel autre ? Sur quel temps le fera-t-il ? D’autant qu’à la clé il y a les accélérations de carrière, les fameuses « réduction d’ancienneté ». Qu’en sera-t-il du rapport du chef d’établissement et des enseignants quand il sera "tout puissant" ? Et tout cela sans avoir une fois invité les chefs d’établissement à s’exprimer sur la question ? Sans avoir écouté les syndicats comme le Sgen, par exemple, qui syndique tous les personnels de l’EN et a autre chose à défendre, comme vision, que le seul corporatisme.
    La question est plus prégnante encore quand on découvre que la mise en place de cette réforme permettrait de surcroît de geler un peu plus les salaires pendant trois ans ...

    La manière de faire du ministère n’est pas innocente. N’avoir plus qu’un notateur, le chef, c’est faire beaucoup d’économies. C’est aussi se donner l’impression que l’EN pourrait enfin ressembler à une entreprise. La part de fantasme n’est pas à négliger dans cette décision.
    Le ministère ne prévoit pas de concertation, non parce que, par un malheureux hasard, il se tromperait toujours de méthode mais parce que sur un sujet si lointain du quotidien des Français, il peut faire à sa guise en se doutant que l’opinion publique n’aura rien à lui rétorquer.

    Ce que nous, Sgen-CFDT avons à faire, c’est de parvenir à éviter un écueil : rater le coche d’une réflexion sur l’évaluation des enseignants et rater le coche d’une transformation. Répondre, comme le font les syndicats corporatistes, que la double évaluation fait la marque de la spécificité du métier enseignant c’est prendre l’accident pour la substance ... L’urgent n’est pas de supprimer sèchement l’inspection ni de créer des super potentats, mais de réfléchir à une évaluation vraiment efficace des enseignants et du système éducatif, dont le fond ne soit pas l’avancement.
    Et si le chef d’établissement est bien le premier pédagogue de l’établissement, comme le Sgen-CFDT le revendique, alors il faut lui donner les moyens de le prouver, de faire vivre cette dimension et mettre la pédagogie au centre du système.

    Le communiqué intersyndical d’appel à la grève et demandant au ministère l’ouverture de négociations pour aboutir à une évaluation des personnels acceptable (ni le statu quo, ni le projet actuel)