Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/lang.php on line 32 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 38 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 39 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 40 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/flock.php on line 60 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 560 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 561 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 609 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 619 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil : Comité technique académique du 11 mai 2012
Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Comités Techniques
  • 12 mai 2012

    Comité technique académique du 11 mai 2012

    Le comité technique académique du 11 mai 2012 examinait les points suivants :
    - les principes du plan académique de formation 2012-2013 1er et 2d degrés
    - la dotation des écoles et des établissements en moyens d’assistance éducative.

    Beaucoup d’organisations syndicales présentes se sont exprimées dans l’optique du "changement" attendu suite aux élections présidentielles. La plupart ont exigé l’abandon du socle commun, du livret de compétences, du travail transversal, de l’autonomie des établissement et du conseil pédagogique. Elles en ont conclu qu’il fallait voter contre la proposition de Plan académique de formation suppôt, selon elles, d’une dérive continuelle en défaveur des statuts et des disciplines.

    Fidèles à nos engagements pour l’innovation pédagogique, pour le "travailler autrement" et la réussite du plus grand nombre dans l’école du socle, nous avons estimé qu’il fallait voter pour.
    Notre vote s’accompagne de l’exigence des moyens pour le faire vivre dans le second comme dans le premier degré où la formation est sinistrée.

    Ci-dessous notre déclaration.

    Plan académique de formation

    Cette nouvelle mouture du plan académique de formation se décline selon les axes retenus pour le Projet académique que vous nous avez soumis en décembre. Nous avions porté un regard critique mais positif sur les axes retenus.

    Le document définitif que nous examinons aujourd’hui appelle de notre part les remarques suivantes. Nous sommes pour que la formation délivrée par l’Éducation nationale dans une académie permette de « donner du sens aux enseignements scolaires » et à « l’élève de porter un regard plus gratifiant sur lui-même ». Nous sommes preneurs de tout ce qui permettra de faire vivre l’ambition d’une véritable école du socle. En ce sens, nous soutenons tout ce qui peut favoriser des aides négociées attractives pour les équipes pédagogiques.

    Cependant, nous pensons que pour jouer efficacement son rôle, ce plan académique de formation des personnels du premier et du second degré doit prendre en compte les demandes suivantes :

    - Il faut restaurer dans le premier degré, dans les trois départements, une offre de formation en quantité suffisante qui prenne appui sur les compétences des universitaires, comme c’est le cas dans le second degré ; dans les trois départements de l’académie, les plans de formation proposés se sont effectivementréduits comme peau de chagrin pour nos collègues, au point qu’on peut affirmer qu’ils sont devenus purement et simplement indigents ; pour notre part, cela constitue une priorité académique absolue ;

    - Nous redoutons que les équilibres académiques se fassent à la baisse pour tous. S’il est nécessaire d’un côté de prendre en compte les spécificités départementales qui sont l’héritage pour le premier degré d’une histoire et d’une géographie particulières, les arbitrages et les choix rectoraux doivent, pouvoir se débattre au niveau académique ;

    - Il est nécessaire rétribuer les formateurs à la hauteur de leur investissement, le nombre d’heures dues a augmenté pour une rétribution égale (1H de décharge pour 30 H de formation contre 24 précédemment), nous le dénonçons ; cet état de fait décourage aussi la co-animation des stages alors que jusque là les deux intervenants étaient rétribués ;

    - Nous pensons indispensable d’impulser davantage sur le terrain le travail en équipe, la réflexion collective, la transversalité ; c’est en travaillant sur ces points que le Conseil pédagogique (il en est plusieurs fois question dans le Plan de formation), si souvent peu productif dans les établissements, aura des chances de mieux fonctionner et d’assurer ses tâches et que l’encouragement à recourir aux stages d’aide négociée pour envisager des « formations à besoins communs et volontaires » pourra devenir effective.

    Vote
    Pour : 1 Sgen-CFDT
    Abstention : 1 UNSA
    Contre : 8 FSU, FO, Sud

    Moyens en assistance éducative

    Les documents que vous nous avez fournis indiquent que les moyens accordés cette année pour l’assistance éducative sont reportés à l’identique l’année prochaine.
    La problématique des assistants d’éducation est difficile au carrefour de la question des moyens et de celle du recrutement dont on sait de sources variées qu’il n’est pas toujours aisé.

    Pour notre part, nous revendiquons un nombre d’assistants d’éducation plus important afin que les écoles et les établissements soient mieux dotés et puissent bénéficier d’une souplesse plus grande pour assurer les missions qui sont les leurs.

    Les missions confiées aux contrats aidés sont essentielles au bon fonctionnement de l’école et de l’intégration donnée fondamentale de l’école républicaine. Nous revendiquons donc surtout que les assistants d’éducation assurent des fonctions mieux reconnues et mieux rémunérées, qu’ils soient stables au sein des équipes et que la formation qui est leur est accordée leur permette une réelle mobilité professionnelle. A terme nous revendiquons l’instauration d’un vrai métier de l’accompagnement éducatif.

    Vote
    Dans le vote final, nous nous sommes abstenus : la problématique de l’assistance éducative étant bien trop liée à la question du recrutement pour la réduire à la simple question des moyens. Par ailleurs, le rectorat n’a pas réduit la dotation.
    Toutes les autres organisations ont voté contre.