Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Collèges - Lycées
  • > Mutations
  • 14 juin 2012

    Déclaration du Sgen-CFDT à la FPMA d’ouverture du mouvement intra 2012



    Des années de suppressions de postes de personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation ont mis à mal la capacité de l’Éducation nationale à assurer toutes ses missions sereinement avec des personnels titulaires. Le mouvement intra académique 2012 dans notre académie en est la triste illustration. Des postes, plus nombreux année après année, seront ainsi vacants à l’issue du mouvement :
    -76 en documentation
    -50 en orientation
    -26 en mathématiques
    -26 en technologie
    -15 en lettres modernes
    … et encore nous ne disposons pas des documents relatifs aux PLP. La logique de vases communiquant que vous avez rappelée le 11 mai dernier – à laquelle s’ajoute le mouvement ECLAIR national – aboutit donc à accroître le nombre de postes vacants en établissement et à réduire le nombre de TZR qui seront effectivement disponibles pour des remplacements à l’année (aucune entrée sur ZR en mathématiques par exemple). Finalement, la proportion de personnels précaires va continuer de progresser. Le Sgen-CFDT souhaite que le maximum soit fait pour diminuer réellement le temps de service et organiser une formation professionnelle plus importante pour les stagiaires dès la prochaine rentrée.


    Dans ce contexte, certains territoires de l’académie seront particulièrement touchés (mais c’était déjà le cas avant les suppressions massives de postes). Entre les postes laissés vacants et les rotations considérables d’équipe, renouvelées parfois en grande proportion par des collègues néo-titulaires affectés en extension, les collèges de certaines communes de Seine-Saint-Denis en particulier et les collègues qui y travailleront doivent attirer votre attention. Quels dispositifs spécifiques d’accueil et d’accompagnement des équipes sont prévus ? Puisque la perspective de cumuler des points pour les mutations, des primes ou indemnités et ASA n’attire pas les collègues, ne faut-il pas envisager sérieusement de donner du temps pour la concertation, pour la formation, pour l’aide à la prise en charge de la difficulté scolaire par nos collègues les plus jeunes qui n’auront pas toujours de collègue chevronné et ayant déjà une pratique et une réflexion sur ces problématiques pour les épauler ?


    Bref, les moyens délégués par le gouvernement et l’Assemblée nationale précédents ne nous permettent pas de préparer une rentrée qui pourrait mettre en œuvre l’école du socle ou le projet académique. Espérons que dans les années à venir des postes soient de nouveau créés avec des recrutement programmés sur plusieurs années pour éviter les à-coups qui assèchent le vivier de candidat-e-s aux concours, qu’une véritable formation professionnelle des personnels soient rétablie et que personne ne démarre plus jamais sa carrière par un service complet sans aucune préparation réelle à ses missions.


    En ce qui concerne le projet d’affectation qui nous a été communiqué, nous avons eu le sentiment que la proportion de personnels affectés sur des vœux de rang 1 à 5 est la même que l’an passé mais que la proportion de personnel ayant obtenu une affectation parmi les candidats diminue (le mouvement est bel et bien moins fluide). En ce qui concerne les personnels affectés en extension, ils continuent de représenter environ 13 % des personnels qui obtiennent une affectation au cours de l’intra mais la proportion de « grandes extensions » progresse : une extension 105 et aucune extension 106 l’an passé, 4 et 19 respectivement cette année. Il nous semble que c’est un effet pervers de la généralisation des 50 points. Si cette mesure doit persister, il faudra l’assortir de conseils plus précis à la mutation pour les néo-titulaires, et y compris la publication des barres par commune par l’administration afin que les stagiaires peu au fait des réalités du mouvement intra de Créteil ne se retrouvent pas derrière tout le monde à subir la grande extension.


    Le document récapitulant la situation des postes par établissement montre que nous ne disposons plus d’aucune traçabilité des postes qui ont été récupérés pour des berceaux à 18 heures pour les stagiaires. C’est regrettable car cela traduit une perte importante d’information pour les représentants des personnels.

    Nous tenons cependant à remercier les personnels de la DPE pour la qualité des documents transmis, notamment au-delà des traditionnels documents colorés, et pour leur disponibilité dans la phase de préparation.