Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Politiques
  • > Outils et publications
  • > Fiches de Créteil
  • > Fiches pédagogiques
  • 30 août 2005

    Asseoir son autorité lors des premiers cours (2nd degré)


    Conseils pour les jeunes collègues... et les autres

    Premiers cours, avec les angoisses naturelles à la veille de la rentrée des élèves, comme pour tous les enseignants...On vous dira souvent "ne rien laisser passer", mais le conseil manque de concret. Plutôt qu’une grande ambition, mieux vaut quelques repères pratiques. Tout n’est pourtant pas assuré après les premières heures, même si elles sont essentielles pour la suite : l’autorité se construit toute l’année. De même, ces repères ne doivent pas être pris comme des préceptes obligatoires et incontournables : ils permettront de nourrir la réflexion, chacun étant libre pédagogiquement de s’adapter aux situations qu’il rencontre. Il reste essentiel de partager les expériences avec les collègues. Pour commencer : calme et respect réciproques sont une base incontournable.

    1 ) Des règles de vie élémentaires à annoncer, mais qu’on est sûr de tenir.

    Nous conseillons d’annoncer les règles de vie dès la première heure de cours. Il faut en garder trace : règles distribuées ou dictées. Elles peuvent être discutées voire amendées tant que cela ne remet pas en cause l’autorité de l’enseignant. Surtout, elles doivent être expliquées et argumentées. Attention danger, la règle non tenue peut dériver sur l’absence ou la contestation des règles. La règle tenue assure la crédibilité. Alors lesquelles annoncer ? A vous de les choisir, de vous les approprier. Il est aussi indispensable de bien connaître le règlement intérieur pour pouvoir inscrire ses propres règles dans celles de l’établissement et ajuster ses réactions (en particulier les sanctions et punitions).

    Nous vous conseillons des règles simples, élémentaires et pas trop nombreuses : 3 ou 4. En voici quelques exemples :

      la ponctualité. Il faut se référer au règlement intérieur et aux pratiques collectives de l’établissement (en discuter avec le CPE ou lors de la réunion de prérentrée). Bien se tenir à ce que l’on annonce. Lors du deuxième cours, certains élèves vont certainement tenter de transgresser ne serait-ce que pour quelques minutes. Rester calme alors mais ne pas céder. Mais il ne faut pas oublier de donner l’exemple et s’excuser auprès des élèves si l’on arrive en retard.
      le calme et l’écoute. S’assurer d’une installation rapide et dans le calme. Expliquer que le calme est garant de la liberté de s’instruire et des bonnes conditions de travail de tous.
      les règles de prise de parole : lever la main, ne pas couper la parole pour que tous s’écoutent. Ces deux dernières règles sont directement mise en œuvre dès le premier jour. (voir quelques conseils dans le point 2).
      le matériel (livre, cahier ou classeur, crayon...). Attention au deal "monsieur, c’est trop lourd". Le devancer et choisir : 1 livre par personne ou un livre pour 2. Prévoir quelque chose de simple pour ceux qui malencontreusement "oublieraient" le manuel ou leur matériel ("m’dame, j’ai oublié"). Ex : la prochaine fois, c’est une punition. Donner une punition la fois d’après (cela suppose qu’elle soit pensée et préparée -par exemple un petit exercice- et expliquée à la famille : un petit mot sur le cahier de liaison, mot à signer ; vérifier la fois d’après que les parents ont bien signé).
      le respect : c’est d’abord celui du professeur vis-à-vis des élèves mais aussi celui des élèves vis-à-vis du professeur et des élèves entre eux. Respect dans le langage, le ton, les attitudes...
      les devoirs : à rendre et à remettre en temps et en heure par les élèves comme par le professeur. Ce qui n’empêchera pas une certaine souplesse pour les situations exceptionnelles.

    2 ) Des réponses aux sollicitations et provocations des premières heures.

      Un préalable : utiliser l’humour et la fermeté, sans s’énerver tout en restant respectueux. L’humour est souvent la meilleure arme. La fermeté est souvent indispensable.
      Penser à adapter son discours et ses exigences aux différents niveaux de classe. En sixième par exemple, il faut être très clair, très précis et très patient : il ne faut pas les perdre dès les premiers cours ! Si on les fait écrire, anticiper les questions du type : sur quelle feuille, en quelle couleur, à combien de carreaux de la marge... ?
      Devant des cas difficiles d’élèves perturbateurs (bruits répétés, provocation), selon le degré et les personnes, nous vous conseillons de convoquer l’élève à la fin du cours et de lui rappeler les règles. Vous pouvez déplacer l’élève "perturbateur" (attention, ne pas en faire une pédagogie). Dans tous les cas, en parler, se renseigner sur l’élève et au besoin, chercher une médiation. Les CPE peuvent apporter une aide précieuse. Le contact direct et rapide avec les parents est toujours possible.
      Absolument, ne pas tolérer les discussions parallèles entre élèves (d’abord une remarque ferme ou un trait d’humour ; si ça se reproduit, déplacement d’un élève, le mettre devant ; si ça ne marche pas : demandez conseils au professeur principal et/ou aux collègues), les injures (notamment racistes et sexistes : nécessitent une réaction directe et une sanction adaptée selon les cas), les projectiles (comme le typex, les confisquer : on peut s’en sortir avec une remarque, sinon une punition), les téléphones portables qui sonnent (voir règlement intérieur).
      Utiliser sans hésiter le carnet de correspondance et rencontrer les parents si la situation l’exige.

    Des grands classiques de la 1ière heure !

    Un élève pose une question complètement déplacée pour vous tester : répondre ce n’est pas le sujet et passer à autre chose.

    Un élève essaie de devancer l’ordre du cours "monsieur, et le matériel ?". Répondre "c’est prévu, je vous l’annoncerai tout à l’heure".

    Dans les deux cas, prenez garde à ne pas perdre pied dans la direction de la classe.



     

     

    À télécharger