Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > ECOLES
  • > Carte scolaire
  • > Carte scolaire dans le Val de Marne
  • 10 avril 2004

    Qui ne demande rien n’a rien ?


    Conseils sur la manière d’agir en matière de carte scolaire

    "Qui ne demande rien n’a rien"
    L’adage n’est pas faux. Mais demander le réexamen de la situation de l’école a plus de chances d’être efficace ... si les arguments sont soigneusement préparés et étayés. Sans cela, les heures de palabres, même accompagné d’un "chef syndical" restent sans grande utilité. L’administration a maintenant compris qu’il valait mieux laisser chacun exposer de vive voix la situation autant de fois que nécessaire plutôt que d’entretenir la rogne sur le thème "on n’est même pas écouté".

    Quelques conseils

    - Montrer les difficultés scolaires des enfants de l’école en établissant un recensement précis des signalements transmis au Rased et à la CCPE, en indiquant le nombre d’enfants aidés par le réseau et par les structures extérieures à l’école, le nombre d’enfants orientés et... ceux qui ne le sont pas... faute de structures adaptées à leur cas ou parce que les familles s’y opposent.

    - Dresser un bilan des efforts mis en oeuvre par l’école et indiquer en quoi la fermeture (ou la non ouverture) d’une classe remet en question des modes de fonctionnement pédagogiques utiles aux élèves.

    - Pour établir les difficultés de fonctionnement pédagogiques prévisibles, il est nécessaire de fournir les structures envisageables en cas de fermeture (ou de non ouverture) et d’en souligner les inconvénients : multiplication des double-niveaux (il faut savoir que les inspecteurs ne manquent pas de réponses à cet argument), niveaux chargés, difficultés de constitution des groupes quand les problèmes de comportement sont nombreux...

    - Pour une école, rien n’est définitivement joué avant la prochaine rentrée. Il convient donc, si le temps a manqué pour le faire plus tôt, de demander le réexamen de la situation de l’école et d’exposer la situation de l’école le plus précisément possible.