Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Politiques
  • > Société
  • > ZUS
  • 8 novembre 2005

    Banlieues en crise : des collègues témoignent

    Ces témoignages de collègues ne sauraient se substituer à une analyse de la situation dans les banlieues. Ils se proposent juste de livrer leur ressenti face aux graves évènements qui se déroulent dans ce département.

    À suivre...

    Voir aussi le dossier des Cahiers pédagogiques

    Aujourd’hui journée sympa et... moins sympa

    C’est l’Aïd, les gâteaux, le couscous, les bisous, un cadeau pour Anys par ses oncles... et le soir en partant, cinq jeunes avec des coktail molotov qui tournent autour des voitures au pied de l’immeuble, Kader et Omar les font partir, mais pour où ? Les CRS et les policiers tournent, à pied, en voiture, des jeunes sont dehors, certains sans doute prêt pour une nouvelle nuit de violence, d’autres pour les dissuader, les faire rentrer chez eux, aller chercher leurs parents pour les faire rentrer...

    les discussions sont parfois âpres, ailleurs amères (les bus de nuit ne desserviront pas l’aéroport cette nuit, perturbations sur le RER demain, comment va-t-on aller au travail ?).

    Sur l’autoroute, ça sent la fumée à hauteur d’Aulnay, les parkings de PSA sont passés au peigne fin par des camionnettes, les voitures d’ici sont bien protégées, à hauteur de Blanc-Mesnil, fumée épaisse jusqu’au dessus de l’autoroute, rien de bien réjouissant.

    Bonne nuit.

    Catherine


    Après une nuit difficile, j’ai trouvé des élèves exténués

    Les nuits sont agitées à Noisy, les propos insultants des politiques ne tombent pas chez des sourds, qu’il s’agisse de Sarko ou de Villiers, les élèves se sentent visés, ils sentent que le stigmates 93 va être encore plus épais et gluant à l’issue de cette période.

    Bref pendant les deux premières heures de la matinée et à l’occasion d’un travail autonome sur le net (les règles électorales...) ils travaillent mais en parlent beaucoup aussi. Cette après-midi, alors qu’ils n’osent pas signer eux-mêmes les courriers pour demander des visites et des subventions pour que le voyage à Strasbourg puisse avoir lieu pour tous, Rachel leur dit qu’ils doivent signer en leur nom, qu’ils sont aussi légitime que nous à le faire, et Adil : "ouais, citoyen de seconde zone de toute façon"...

    Et en sortant du bahut à midi, dans les commerce alentours les gens sont aussi fatigués. Ce soir des jeunes, extérieurs au lycée ont répandu de l’alcool à brûler dans les couloirs du troisième étage du bahut (à côté des salles de physique) ils ont détalé quand un collègue a ouvert la porte de sa salle.

    Enfin sur la route du retour à la maison, les pompiers en sens inverse direction Noisy et les gendarmes du fort de Rosny qui partent se mettre en place... on verra demain.

    Ce qui est certain c’est que la reprise est dure pour tout le monde,mais que l’administration continue son bonhomme de chemin : collège et lycée = un seul établissement, donc seulement trois EVS pour tout le monde contre les 6 promis par Madame Leloup ("nous ne mélangerons pas collège et lycée, ce n’est pas parce qu’on donne au lycée qu’on ne donnera pas au collège") bref, encore de belles heures en perspective pour obtenir de quoi tourner un peu.

    Et les élèves travaillent, l’établissement est calme, mais à part ça "les jeunes" posent problème, ou encore il y a les "vrais jeunes" et les autres !!!"

    Catherine


    Au Blanc-Mesnil, je ne savais pas trop ce que j’allais trouver

    De fait, les collégiens ne se sentent pas autant concernés que n’en ont l’air les élèves de Catherine.

    Mais les cours vendredi se sont déroulés dans l’odeur de fumée : l’usine face au collège se consumait depuis la nuit (le collège est dans la zone industrielle).

    Intervention des pompiers toute la journée... et des caméras ! C’est ça qui a excité les élèves quand ils les ont aperçues ! Juste à midi, au moment de la sortie des cours... Comme si les télés avaient besoin de filmer ça...

    Je sais qu’un collègue d’histoire a discuté de la situation avec une de mes classes de 5ème. J’ai fait pareil avec l’autre classe de 5° : ils m’ont raconté le gymnase en cendres, les sirènes de pompiers la nuit, la voiture d’une élève calcinée. Mais c’est moi qui leur ai dit qu’ils devraient "se battre" pour montrer une autre image des jeunes du 93. Ils n’en sont pas vraiment conscients... Le collège a été attaqué aussi : ils ont essayé de forcer la porte d’entrée, ont fait brûler l’ordinateur de la loge. La gardienne et ses enfants ont été évacués la nuit. La loge était vide vendredi.

    A priori, tous les collègues qui prennent le RER ont pu venir.

    Drôle d’ambiance tout-de-même. Traces de voitures brûlées tout au long de la rue. Le ciel était blanc (à cause des fumées). Les élèves m’ont dit qu’ils se croyaient en hiver, quand il neige ! Ils sont poètes, les élèves !

    On verra lundi !

    Isabelle


    C’était calme à Aubervilliers, jusqu’à cette nuit

    Un centre commercial en flamme, deux cars de CRS passent la nuit devant le lycée. Ce matin je regarde par la fenêtre de ma salle. Dans la paleur jaune de l’aurore, une colonne de fumée s’élève de la Courneuve endormie, curieux et un peu irréel...

    Martin


    7/11

    On ne s’est pas ennuyé aujourd’hui au Corbu...

    9 Heures : le proviseur adjoint me signale qu’il a reçu un coup de fil des RG lui disant que des jeunes prévoient de s’en prendre au lycée. La nuit promet d’êtra agitée pour les personnels logés.Il me dit que la "hérarchie" demande une "veille active" la nuit et propose que les surveillants dorment sur place.

    10 Heures : Emilie refuse de faire l’exercice. "ça a brulé près de chez moi", des cris dans la classe. Beaucoup ont vu les incidents de très près. Du coup, le sens de variations des fonctions affines...

    14 Heures : forte odeur de brulé. Petite ronde dans les couloirs. Un extincteur vidé, un boitier incendie arraché. Nervosité. En fait, c’est une poubelle de la cour qui flambe.

    14h15 : Une surveillante me dit qu’à la fin du cours, il faut descendre les élève, on évacue.

    15h15 : ils sont tous dans la cour, mais en fait on n’évacue pas. Désorganisation complète.

    17 heures : des cris dans la rue, gyrophares, crissements de pneu, produits scalaires.

    18 H : c’est la nuit, le désordre reprend ses droits. Courses poursuites dans le quartier. Les sirènes hurlent, les élèves aussi.

    18h15 : Ils veulent partir plus tôt. Pas question. Oui mais monsieur, à 19 heures, ils vont encore arrêter les bus.

    18h30 : Monsieur B. vous êtes en vélo ? Faites attention, me dit la proviseure. Même pas peur.

    Martin


    L’Ile St Denis est tombée dans la marmite

    Avec St Denis, contagion, surenchère,compétition sur blogues internet... Une collègue d’EPS a vu sa voiture brûler au centre de ST Denis. A l’Ile un local municipal associatif ( aide aux devoirs...) a été incendié ainsi qu’une vingtaine de véhicules sur l’ensemble d’une petite commune. La réaction de la mairie qui a contacté le collège est correcte :Responsabilité (appel aux parents) et Dialogue. Le Principal nous a réunis pour voir ce que l’on pouvait faire au niveau du collège... qui reste calme pour l’instant... Résultats : Réactivation du "groupe de parole" qui avait été supprimé pendant les 2 années de plombs avec l’infirmier, des adultes volontaires et la collaboration des psy du CMPP d’ Epinay. Réunion proposée par moi sur une demi journée avec parents profs élèves et autres intervenants, élus etc comme on l’avait fait en Septembre 2001 et après le choc du 21 Avril 2002... L’essentiel, étant, je pense, par la parole et la médiation d’essayer de retisser un tissu social de plus en plus mité...S’il en est encore temps....

    Anne


    A Bonneuil

    Longue discussion ce matin avec les 3 SEGPA qui, même si Sarko les horripile, ont reconnu que certains ont été trop loin (à propos des morts ou des brûlés). On sent une haine inextinguible de la police.

    La cantine d’une école a été brûlée dans la nuit de dimanche à lundi à Bonneuil et surtout 2 voitures ont été incendiées en plein jour cet AM près de collège. Grosse difficulté pour refaire travailler les élèves après cet événement.

    CA extraordinaire pour avancer sur ce qu’on peut faire.

    Christian