Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/lang.php on line 32 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 38 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 39 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 40 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/flock.php on line 60 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 560 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 561 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 609 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 619 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil : Les journées scolaires sont trop longues
Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > ECOLES
  • > RYTHMES SCOLAIRES
  • 27 janvier 2006

    Les journées scolaires sont trop longues


    Interview d’Hubert Montagner - Le Figaro - 30 août 2005

    Chronobiologiste et psychophysiologiste, Hubert Montagner est professeur des universités et directeur de recherche à l’Inserm au sein de Bordeaux-II.
    Pour ce spécialiste des rythmes de l’enfant et du temps scolaire, « ce qui compte, c’est la réceptivité et la disponibilité des élèves, et non la quantité de temps passé en situation d’apprentissage ».

    Propos recueillis par Justine Ducharne
    30 août 2005

    LE FIGARO. - Vous demandez régulièrement un allégement des rythmes scolaires. En quoi est-il indispensable ?

    Hubert MONTAGNER - La journée scolaire en France est la plus longue du monde, avec la Belgique et l’Autriche. Aucun enfant ne peut mobiliser ses capacités d’attention, de traitement de l’information, de mémorisation et ses ressources intellectuelles pendant six heures de temps contraint. D’ailleurs, à mesure que le trimestre avance, la fréquence des visites parentales auprès des médecins augmente pour fatigue scolaire, difficultés d’endormissement ou troubles du comportement. Toutes les observations montrent que lorsque la matinée scolaire commence à 8 h 30, la grande majorité des enfants décroche dès 15 heures, parfois plus tôt. Il est d’ailleurs fréquent que les professeurs arrêtent la « pédagogie ordinaire » à ce moment-là pour proposer des arts plastiques, de la musique, des activités physiques.

    Vous êtes également un fervent pourfendeur de la semaine de quatre jours...

    La semaine de quatre jours est une ineptie, même pour les parents divorcés, souvent évoqués pour la justifier. La communauté scientifique et médicale ne comprend pas que ses promoteurs se réfugient derrière l’intérêt des enfants et des familles. Elle n’est pas un modèle de rationalité et ne coïncide pas avec la vie sociale et professionnelle : elle est une succession de deux fois deux jours séparés par une journée, le mercredi, et de deux jours non travaillés, le week-end. Si des familles s’organisent pour faire faire aux enfants des activités sportives ou culturelles, d’autres - la majorité - travaillent ce jour-là et ne peuvent donc pas se consacrer à eux.

    Par ailleurs, elle alourdit les journées et entraîne une recrudescence de l’absentéisme, les parents devant jongler avec des enfants n’ayant pas le même emploi du temps. Mais les recherches manquent à ce sujet : pour des raisons méthodologiques, il est difficile de comparer des écoles « quatre jours » avec des écoles « quatre jours et demi ».

    Quel idéal proposez-vous ?

    Une présence de l’élève en classe pendant quatre heures à quatre heures trente par jour les lundis, mardis, jeudis et vendredis, et pendant deux heures trente à trois heures le mercredi matin, l’après-midi étant consacré aux activités culturelles ou sportives. Par ailleurs, le temps de restauration de la mi-journée doit non seulement être un temps de reconstitution alimentaire, et donc physiologique, mais aussi un temps de respiration et de convivialité. Enfin, une succession de six à sept semaines de classe et de deux semaines civiles de vacances est souhaitable. Ce point de vue est partagé par la plus importante Fédération de parents d’élèves, la FCPE.

    Propos recueillis par Justine Ducharne
    30 août 2005