Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Dossiers
  • > La laïcité
  • 6 avril 2004

    La Laïcité : historique rapide

    La Laïcité. Qu’est-ce ?

    Principe de séparation de la société civile et de la société religieuse, c’est à dire que l’Etat n’exerce aucun pouvoir religieux et les Eglises ou tout autre religion aucun pouvoir politique.

    Son Histoire.

    La laïcité est l’aboutissement d’une histoire qui a vu se séparer progressivement le civil et le religieux. La pensée s’écarte du religieux dès le XVIII° siècle (siècle des Lumières), la monarchie reposant sur le droit divin laisse la place à la République, régime politique civil, reposant sur la souveraineté du peuple et les droits du citoyen. Les lois scolaires de 1881-1883 (Jules-Ferry), lois fondatrices de la III° République, créent une école publique gratuite, obligatoire et laïque. Enfin, en 1905, l’Eglise et l’Etat sont définitivement séparés (par exemple toute pratique religieuse est interdite dans l’espace neutre de l’école de la République). Cette histoire s’est parfois heurtée à l’influence de la religion car la hiérarchie catholique a longtemps défendu des idées antirépublicaines. La laïcité est un principe reconnu dans la constitution de la IV° République (1946) et de la Vième République (1958).

    Les principes :

    - La laïcité repose sur les principes de liberté de conscience et de religion.
    - Elle est indispensable pour que les Français puissent être aussi bien athées, chrétiens, musulmans, juifs, hindouistes, bouddhistes, animistes...(principe d’égalité de tous).
    - Elle implique aussi l’égalité des différents cultes de la République, ce en quoi elle peut encore être améliorée. Elle n’est donc pas antireligieuse.

    La laïcité soulève des débats qui évoluent avec la société. Elle est et demeure, historiquement et idéologiquement inséparable de la République.

    Texte préparé par les professeurs d’histoire-géographie et d’ECJS du Lycée Le Corbusier d’Aubervilliers, le 26 janvier 2001 et acté au CA cette même année, comme document d’établissement pouvant être diffusé aux élèves par les professeurs qui le décident, comme ils décident de la présentation pédagogique de ce document. Ce document a été rédigé dans un contexte particulièrement vif, où des élèves avaient prié collectivement dans les locaux de l’établissement.