Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/lang.php on line 32 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 38 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 39 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 40 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/flock.php on line 60 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 560 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 561 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 609 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 619 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil : Parlons textes mais surtout pédagogie !
Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Autres secteurs
  • 2 septembre 2006

    Parlons textes mais surtout pédagogie !

    Ce début d’année scolaire est riche de nouveautés : il ne s’agit pas des suppressions de postes qui se répètent chaque année depuis 3 ans mais d’un certain nombre de textes et de dispositifs qui vont entrer en vigueur ou être modifiés. Nous vous proposons donc de nous arrêter sur certains points.

    Les conseils pédagogiques

    Celui qui semble le plus important est la mise en place des conseils pédagogiques (voir BO n°13 du 31 mars préparation de la rentrée). Décriés par certains syndicats, car ils risqueraient d’augmenter une déréglementation du fait d’une autonomie renforcée des établissements, d’ajouter une hiérarchie intermédiaire et d’augmenter le pouvoir du chef d’établissement en particulier en termes de pédagogie.
    Cette mesure mérite pourtant réflexion. Reprenons ce que dit le texte : « Il a pour mission de favoriser la concertation entre les professeurs, notamment pour coordonner les enseignements, la notation et l’évaluation des activités scolaires. Il prépare la partie pédagogique du projet d’établissement ». Permettre à un groupe de professionnels de réfléchir et d’agir sur la pédagogie dans l’objectif d’une meilleure réussite des élèves nous semble primordial. Même si les attributions et la composition restent encore un peu floues, il s’agit d’orienter dans les établissements le travail de ce conseil car il peut permettre de faire des propositions, d’améliorer le travail en équipe et de favoriser les conditions de réussite des élèves. De notre point de vue il est donc préférable d’y participer activement plutôt que de le bouder.
    Malheureusement la critique fondamentale que nous pouvons formuler sur ce dispositif c’est qu’une fois de plus, on compte sur le bénévolat de ses membres alors que cette tâche devrait faire partie du service des membres du conseil, surtout que son installation nécessitera un temps certain si l’on veut que cette structure ne reste pas une coquille vide.

    Le socle commun

    Le deuxième point est la mise en œuvre du socle commun façon De Robien (encart du BO n° 29 du 20 juillet 2006) dans les écoles et les collèges, un des éléments importants de la loi Fillon. Il ne peut en l’état nous satisfaire : il ne nous semble pas opératoire pour permettre à chacun d’acquérir l’ensemble des connaissances nécessaires pour trouver sa place dans la société (et en particulier les 150 000 élèves qui terminent leur scolarité avec au plus le brevet).
    Rappelons les critiques fondamentales faites par JL Villeneuve secrétaire du Sgen-CFDT lors du conseil supérieur de l’éducation du 8 juin
    « Or, nous retrouvons [dans ce projet] :
    des listes-catalogues de connaissances qui recouvrent en fait les programmes actuels de l’école et du collège,
    des démarches fondamentalement disciplinaires,
    des formulations sur le mode injonctif, voire moraliste concernant les attitudes à acquérir,
    l’absence de fait de la place de l’élève dans ces apprentissages, alors que l’activité proprement dite de l’élève doit être déterminante pour donner corps à cette « volonté de donner du sens à la culture scolaire » comme cela est énoncé dans le préambule.
    Les ambitions apparaissent démesurées dans nombre d’endroits, et particulièrement dans la culture humaniste mais pas seulement. »

    Alors que les compétences transversales auraient dû être privilégiées pour donner plus de sens aux apprentissages, nous restons dans une énumération principalement disciplinaire. Les effets sur les exclus du système scolaire ne seront sans doute pas mesurables...

    B2i

    En ce qui concerne le B2i, qui n’est pas à proprement parler une nouveauté, il va subir une remise en forme : ce sont maintenant 3 niveaux que les élèves présenteront (écoles, collèges et lycées) et les compétences sont redéfinies dans le BO n° 29 du 20 juillet 2006. Il reste à connaître le décret d’application pour voir comment évolueront les passations et la validation des compétences. Au-delà de ces aspects réglementaires, c’est la dynamique et les principes pédagogiques qu’il sous-tend qui semblent essentiels : l’utilisation raisonnée des TICE, le travail en équipe et interdisciplinaire engagé pour les validations, l’auto-évaluation des élèves pour demander la validation d’une compétence et l’évolution du rôle de l’enseignement qui passe du statut d’explicateur à celui de vérificateur.
    Ceci modifie de façon très importante les conceptions que l’on peut avoir du métier : sans doute inéluctable, ce changement profond doit être accompagné des réflexions, moyens et formations nécessaires.

    Éducation prioritaire

    C’est aussi la rentrée de la mise en place de l’éducation prioritaire et en particulier des EP1 (BO n°14 du 6 avril 2006). Dans l’académie de Créteil, le recteur s’est engagé à ce qu’aucun des établissements précédemment classés sorte de l’éducation prioritaire : ils sont pour 21 classés EP1 et les autres devraient garder le classement EP2 ce qui permettrait de garantir les moyens de fonctionnement.
    Le Sgen-CFDT s’est toujours battu pour que des moyens significativement importants soient accordés aux établissements et écoles les plus en difficulté. La dotation ministérielle a permis de créer 4 postes de professeurs référents en plus des dotations habituelles sur chacun des 21 réseaux EP1. C’est un début, mais les conditions d’implantation et les tâches ne nous semblent pas forcément très claires ou bien définies. De plus une des revendications très anciennes du Sgen, la concertation incluse dans le temps de service pour tous n’a pas été prise en compte, alors que dans les établissements classés les temps d’échange, de réflexion et de prise de décisions sont indispensables et nombreux.

    Nous pourrions aussi évoquer la note de vie scolaire et le nouveau brevet (aucun texte encore paru), l’apprentissage des langues et les PPRE (les moyens ne semblent toujours pas débloqués) mais ce serait sans doute trop long.
    Faut-il donc en conclusion faire confiance à la politique du ministre ? Avec de grandes réserves car c’est la logique comptable et d’économie budgétaire qui la sous-tend et malgré ses nombreuses déclarations, il ne tient aucun compte des demandes et avis des partenaires sociaux. Cependant sachons prendre, dans l’ensemble des propositions, ce qui peut améliorer la réussite des élèves qui nous sont confiés sans dégrader nos conditions de travail.