Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Politiques
  • > Pédagogie
  • > Enseignement de la lecture
  • 4 novembre 2006

    On veut revenir à la diligence !


    Un article qui n’a pas plu à De Robien

    Menacer de sanction un IEN n’est déjà pas monnaie courante. Mais retenir pour preuve qu’il n’a pas respecté l’obligation de réserve un article particulièrement mesuré relève de la farce dans le climat délétère instauré par les provocations verbales du Ministre.

    Quand un TGV ne fonctionne pas, on pense réponses techniques, pas retour à la diligence ! Avec la méthode alphabétique, les enfants savaient déchiffrer, mais ils avaient des problèmes de compréhension des textes. A l’époque de Jules Ferry, savoir lire signifiait : rendre un texte à haute voix et donner quelques définitions de mots.

    Aujourd’hui, on a davantage d’ambition.
    Savoir lire signifie :
    avoir une compréhension fine des textes.

    Pour cela, les élèves doivent être placés devant une phrase ou un écrit bien réel. Un vrai texte a toujours un sens. PA, PE, PI, PO, PU ne veulent rien dire.
    Tous les petits arrivent en CP en sachant reconnaître des lettres et des mots : leur prénom, le nom de leurs héros favoris. À partir de ces rudiments, ils peuvent faire fonctionner leur intelligence pour comprendre le sens de ce qui est écrit.

    En outre, beaucoup de gens sont persuadés que des écoliers arrivent en 6e sans savoir lire. En réalité, tous les élèves de 6e savent déchiffrer, mais de 10 à 15 % d’entre eux ont tout de même des difficultés de lecture. Ils déchiffrent trop lentement ou manquent de connaissances pour comprendre ce qu’ils lisent. Le taux de réussite dans les apprentissages n’est pas inférieur à ce qu’il était il y a trente ou cinquante ans, il n’y a pas de fiasco en lecture et il ne sert à rien d’accuser la méthode globale.

    Mais le niveau d’exigence en 6e est bien supérieur à ce qu’il était pour le certificat d’études. L’évolution des savoirs et des techniques exige une transformation des méthodes afin d’élever le niveau intellectuel et culturel de la nation. La maîtrise de la mécanique de lecture ne permettra jamais d’atteindre la compréhension intime d’un texte, d’en ressentir l’émotion, d’en rire, d’en pleurer, d’en comprendre les sous-entendus. Certains enfants apprennent cela chez eux, naturellement, d’autres n’ont que l’école pour y parvenir.

    L’évolution des pratiques pédagogiques est lente, elle s’étale sur plusieurs générations. Actuellement, les méthodes qui font en priorité appel à l’intelligence ne sont pratiquées que dans 20 % des classes, 20 % font du b.a.-ba, les autres essaient d’évoluer.

    Pierre Frackowiak IEN


    Menace de sanction contre un inspecteur de l’Education Nationale
    Quelle issue possible ?
    Pierre Frackowiak fait le point.

    21 octobre 2006

    Ce qui est devenu au fil des jours une "affaire de ROBIEN" à la suite de l’éviction de Roland GOIGOUX de l’ESEN, des appels à la délation de SOS Education, des campagnes de dénigrement de l’Ecole engagées depuis quelques années par des groupuscules ultra réactionnaires, est à l’évidence dans une impasse. Pour lire la suite...