Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > ECOLES
  • > Carte scolaire
  • 14 janvier 2007

    « ... jamais les élèves ne progressent mieux dans un cours double que dans un cours simple. »

    Aux revendications de baisse des effectifs et aux récriminations contre les classes à deux niveaux, l’administration faisait la sourde oreille en se réfugiant derrière les résultats de la recherche.
    Il se trouve que de nouveaux travaux viennent de remettre en cause les belles certitudes qui arrangeaient tant le Ministère.
    Ces études relancent un débat qui, d’ailleurs, ne peut pas se réduire au nombre d’élèves par classe car bien d’autres facteurs exercent une influence importante sur la réussite scolaire.

    Il était largement admis que les élèves fréquentant des classes à cours multiples avaient d’aussi bons résultats que les autres, parfois même supérieurs. C’était même un argument fort des tenants de l’école rurale s’appuyant sur des recherches de l’Irédu (Institut de recherche sur l’éducation - Université de Bourgogne). Ce même Irédu vient de publier les résultats d’une recherche datée de septembre 2006 qui montre, pour des cours doubles, que ce n’est pas le cas.

    Forts et faibles : tous touchés !

    « ...en CE1, il apparaît nettement que les élèves faibles sont ceux qui sont les plus désavantagés par la fréquentation d’un cours multiple et ce dans les deux disciplines [maths et français].
    En CM1, l’impact du type de cours est nettement moins marqué : il se limite au français et touche particulièrement les élèves moyens et forts. »
    « Il apparaît donc que la fréquentation d’un cours multiple, en CE1 comme en CM1, n’est jamais efficace au plan pédagogique, elle est même néfaste quand les élèves sont placés d’office dans ce type de classe parce qu’il n’y a pas d’autre choix pour eux. »
    « Finalement, les résultats dégagés dans cette recherche malmènent sérieusement ce qu’on pensait être une spécificité française. » On ne peut mieux dire !

    Le choix des élèves comme antidote ?

    « un constat peut être fait de manière commune aux deux niveaux scolaires : la possibilité d’affecter délibérément les élèves dans les classes neutralise les effets négatifs de la fréquentation d’un cours multiple. C’est clairement quand l’affectation des élèves en cours multiple est contrainte que les progressions scolaires sont les plus pénalisées. » « Quand les équipes pédagogiques ont la possibilité d’affecter intentionnellement les élèves dans les classes à plusieurs cours, les progressions des élèves de ces classes ne sont pas différentes de celles des élèves qui fréquentent des cours simples. Les choix opérés par les enseignants apparaissent donc efficaces puisqu’ils permettent de neutraliser les effets négatifs des classes à plusieurs cours. Autrement dit, les enseignants mobilisent les « bons » critères d’affectation et apprécient avec pertinence les qualités requises pour « profiter » ou ne pas pâtir d’une scolarisation dans ce contexte particulier. »

    Les signataires de l’étude y voient là une conclusion tellement encourageante qu’ils ne craignent pas de la répéter à trois reprises en 4 pages alors même qu’ils reconnaissent que « les écoles n’ont pas toujours cette possibilité ».

    Pour notre part on s’étonnera plutôt du manque de curiosité de ces chercheurs qui ne se posent même pas la question de l’efficacité des autres classes desquelles on prélève dans la plupart des cas des élèves autonomes, tranquilles voire de meilleur niveau scolaire. « Nul doute que des évaluations complémentaires sur cette question seront les bienvenues pour alimenter le débat et les politiques éducatives en la matière ».

    En attendant, il est peu probable que le Ministère se préoccupe de diminuer le nombre de classes à double niveaux mais il nous appartient de lui rappeler que contrairement à ses affirmations antérieures ce n’est pas le « confort » des enseignants qui est en jeu mais bien la réussite des élèves !


    L’effet de la taille des classes sur la réussite scolaire
    En savoir plus

    L’impact d’une réduction de la taille des classes sur la réussite scolaire
    Jean-Richard Cytermann
    Séminaire EHESS
    novembre 2006

    Efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours : des résultats nouveaux qui relancent le débat
    C. Leroy-Audouin, B. Suchaut
    Note de l’Iredu
    Septembre 2006

    L’impact de la taille des classes sur la réussite scolaire dans les écoles, collèges et lycées français
    Estimations à partir du panel primaire 1997 et du panel secondaire 1995
    Piketty T. et Valdenaire M.
    Ministère de l’éducation nationale
    2006

    L’expérimentation d’une réduction des effectifs en CP
    Note d’évaluation 05-03
    Ministère de l’Éducation nationale
    avril 2005

    La mise en oeuvre du plan de prévention de l’illettrisme au cours préparatoire en 2003-2004
    Rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale
    Mai 2004