Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/lang.php on line 32 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 38 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 39 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 40 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/flock.php on line 60 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 560 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 561 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 609 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 619 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil : Organisation des examens en Ile-De-France
Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Collèges - Lycées
  • 22 septembre 2007

    Organisation des examens en Ile-De-France


    Compte-rendu d’une rencontre avec le directeur du SIEC

    Les Sgen-CFDT de Versailles et Créteil ont été reçus, à leur demande, par le directeur du SIEC le mercredi 19 septembre afin d’obtenir des informations sur l’organisation des examens en 2007 et les raisons des dysfonctionnements que nous avions constaté.

    Mr Verhaeghe – directeur du SIEC – et toutes ses collaboratrices nous ont reçues. C’est surtout le directeur qui a parlé ; nous étions souvent obligées de l’interrompre.

    Une logique affirmée de réduction des coûts au SIEC

    Dans sa présentation du SIEC, le directeur, en poste depuis 3 ans et sur le départ, s’est félicité des gains de productivité réalisés. Cet organisme emploie 309 personnes (contre 327 il y a 3 ans, il y a eu des suppressions de postes !) dont 60 exclusivement occupées par les baccalauréats. Le SIEC a un budget de 44 Millions €, mais il n’en a dépensé que 40 l’an dernier.

    Le fonctionnement du SIEC et son évaluation d’après le directeur du SIEC

    Le SIEC mène des enquêtes-qualité déclinées en 3 : un sondage d’opinion auprès des candidats (résultats très positifs) ; une enquête auprès des chefs d’établissement, par internet ; une enquête-papier au moment de la distribution des copies. En 2007, les élèves ont été satisfaits à 94% (contre 92% en 2006), le mécontentement est le plus fort envers les oraux ; il n’y a toutefois que 60% de satisfaits quand il est question des lieux de passage.

    On nous rappelle aussi que la simple saisie des notes coûte 850 000 € par an.

    Le travail du SIEC se fait en 4 étapes :
    -fabriquer des sujets : 800 à 900 pour les bacs ;
    -inscrire et suivre les élèves jusqu’à l’envoi des diplômes ;
    -trouver les lieux d’examen, travail fait en lien avec les chefs d’établissement : 300 centres de correction en 2007. Ce chiffre a baissé pour faire des économies mais aussi parce que de nombreux établissements sont en rénovation et donc indisponibles pour les examens, ce qui a augmenté l’éloignement pour certains collègues et élèves ;
    -convoquer des jurys : 15 000 enseignants sont mobilisés pendant 3 semaines.

    La consitution des jurys, une étape complexe et source de dysfonctionnements pour la session 2007

    Dès septembre, les chefs d’établissement répondent à une enquête pour savoir qui enseigne quoi, enquête croisée avec le fichier des personnels du Rectorat. Des erreurs ont lieu à ce moment-là : 2% en 2006, ce qui est beaucoup bien sûr et explique les doubles convocations que certains ont reçues.

    Puis, le SIEC envoie les pré-convocations. De nombreux collègues répondent qu’ils ne pourront pas venir pour des raisons personnelles souvent. Certains collègues sont donc retirés des listes. Le directeur a gardé les "excuses" et veut absolument les publier ! Nous avons essayé de l’en dissuader compte-tenu des attaques déjà trop nombreuses contre notre soi-disant peu de déontologie, et du fait que ces comportements ne reflètent pas le travail accompli par la majeure partie d’entre nous ! Mais il est bien dans cet état d’esprit...

    C’est ensuite la constitution des jurys. Cette année, cela a été très difficile pour la philosophie car l’épreuve devait avoir lieu le lundi 13 juin, les correcteurs voulaient avoir plus de temps. L’absentéisme était prévu à 10%. Ces jurys n’ont été terminés que le 18 mai.

    Tout cela explique les retards d’arrivée des convocations, ce qui retarde d’autant la recherche de remplaçants et leur convocation très tardive en cas de nouveau désistement.

    Cela a été aussi très difficile en STG . Il y avait le même nombre de collègues, mais avec une épreuve de plus, le management ; Les IG ont obtenu qu’il n’y ait plus de corrections sur place. Le SIEC a travaillé 3 semaines sur cette discipline, et il estime que cela s’est mieux passé qu’en 2006. Il y a aussi des négociations entre le SIEC et les Inspecteurs à propos des dates : par exemple, c’est le SIEC qui a fait changer la date de passage du BTS MUC qui était prévu en même temps que le Bac.

    Concernant les langues en STG l’an passé, le SIEC n’a été en charge de l’organisation des épreuves qu’en novembre, et les corps d’inspection ont parfois tardé à informer et former les collègues sur les nouvelles modalités, mais cela ne releverait pas de la responsabilité du SIEC qui estime que ses circulaires ou notes de services mettent au moins trois semaines à être transmises aux enseignants.

    Nous avons posé la question de la coordonation entre le SIEC et les IA à propos des BEP/ Bac Pro. Le SIEC n’a pas la main sur les examens de type 5, sauf à Paris. Le directeur reconnaît que c’est un vrai problème, il aimerait que les IA n’aient plus cette tâche. En attendant, il se déroule au moins 3 rencontres : une sur les calendriers, une sur les sujets qui sont imprimés par le SIEC , sur les convocations des élèves ; or, les listes d’inscrits arrivent trop tard, ce qui gêne l’impression !! La collègue qui est en charge du dossier des examens professionnels au SIEC nous a semblé très au fait, elle nous a précisé que le travail est très bon avec les IEN de l’enseignement général, sous-entendu, moins avec les autres ....

    Le remplacement des collègues absents (ou convoqués à 2 endroits) a été longuement discuté, avec une constante pour le SIEC, c’est de la faute des trop nombreux collègues qui n’en "ont rien à faire", qui veulent être en vacances dès le 15 juin",etc,etc....Les syndicats ont été sommés de raisonner les personnels ! Nous avons rappelé qu’il n’était pas possible de porter un jugement aussi négatif sur les enseignants à partir de comportements qui, s’ils posent problème, n’en restent pas moins minoritaires.

    Le SIEC s’est adressé cette année aux centres d’examen plus que d’habitude, car les erreurs de fichiers ont été nombreuses,ainsi que les défections. N’oublions pas le contexte de menaces de boycott du bac et même un boycott du passage d’un BTS a eu lieu. Il a fallu trouver 500 remplaçants en 2 jours. Cela reste le travail du SIEC qui ne proposera pas que ce soient les chefs d’établissement qui le fassent. Nous avons demandé que plus de personnes soient convoquées en mai, pour avoir un volant de remplaçants pêts. Le directeur nous a répondu que les pré-convocations sont là pour cela. 

    Le fonctionnement de Stefanie : ce sont les chefs d’établissement qui ont la main

    Vous aviez été quelques uns à déplorer que les informations fournies concernant vos services étaient erronés. Sachez que vous pouvez corriger les informations personnelles, mais en ce qui concerne les services rendus pour les examens, ce sont les chefs d’établissement qui peuvent corriger. Le paiement a commencé en Août et se poursuit en ce moment... patience, patience !

    Quelques projets pour les années à venir

    Les convocations devraient parvenir aux établissements fin janvier ou début février dès 2008 afin que les collègues prennent leur disponibilités jusque début juillet et ainsi limiter le nombre de défections.

    Des incertitudes entourent encore les épreuves de langues en STG. L’oral sera en contrôle continu de formation (CCF), l’écrit en contrôle final. En ce qui concerne l’épreuve de compréhension orale, elle dévient obligatoire même si elle ne compte pas pour l’obtention du baccalauréat, une mention sera portée au livret scolaire. L’arbitrage n’a pas encore été rendu par le Ministère pour déterminer si cette épreuve doit se faire en CCF ou en contrôle final. Le directeur du SIEC ne partage pas l’optimisme du Ministère sur l’équipement des établissements et n’a pas encore pu nous préciser quel serait le format des sujets envoyés dans les établissements.

    Le directeur du SIEC souhaite que soient lancées ou poursuivies plusieurs expérimentations. Tout d’abord la dématérialisation du baccalauréat. Il y a eu une expérimentation réussie au lycée Robert Doisneau de Corbeil-Essonne notamment. Les élèves ont composé sur ordinateur pour des épreuves du baccalauréat technologique. Le Sgen-CFDT n’est pas opposé par principe à ce type d’expérimentation. Toutefois, il faut souligner que cela suppose un très bon équipement informatique des établissements (une salle entièrement équipée a été installée pour cette expérimentation dans un lycée déjà équipé) et une maintenance suivie de cet équipement... mais les décharges qui permettent à des collègues de faire cette maintenance fondent d’année en année... il sera de plus en plus difficile d’étendre ce type d’expérimentation avec les orientations budgétaires actuelles ! Il y a un autre frein : les réseaux des Académies ne sont pas assez puissants pour assurer la transmission des nombreux fichiers qui résulteraient de la dématérialisation des épreuves. Le directeur du SIEC souhaite aussi expérimenter le volontariat pour la correction du baccalauréat. Ce serait une solution contre les défections. Là encore, nous n’avons pas d’opposition de principe, mais de sérieuses interrogations (qui n’ont pas trouvé de réponse satisfaisante) : que faire si d’année en année ce sont toujours les mêmes collègues qui corrigent le baccalauréat ? La réponse ne satisfait pas le Sgen-CFDT tant elle relève du « travailler plus pour gagner plus » : le directeur pense mieux rémunérer ces volontaires qu’à l’heure actuelle. Quant au projet annoncé par le Ministre d’organiser le baccalauréat en dehors des lycées, le SIEC n’a pas été chargé de préparer une telle opération. Le Sgen-CFDT a rappelé son attachement à ce que les épreuves soient surveillées par des enseignants.


    Par Catherine Nave-Bekhti pour le Sgen-CFDT Académie de Créteil et Sylvaine Godard pour le Sgen-CFDT Académie de Versailles


     

     

    À télécharger

    • ( PDF - 72.5 ko )
     

     

     
    Warning: mysql_query(): Unable to save result set in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/base/db_mysql.php on line 69