Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Politiques
  • > Lectures
  • 26 octobre 2007

    "Chagrin d’école", le dernier Pennac : à lire, en attendant la grève

    Dans ce livre, Daniel Pennac nous fait le récit de ses années de cancre avéré, de nul absolu, de rebut de l’école qui l’ont mené, au hasard de rencontres avec quelques professeurs-sauveteurs, au professorat de lettres puis au statut d’écrivain renommé.

    Il raconte l’univers du cancre de banlieue, ses ressentiments, ses hontes, ses humiliations et l’incommensurable fossé entre celui qui sait (le prof) et celui qui ignore (le cancre). Avec humour et réalisme.

    Ce livre n’est pas le résultat d’une enquête, mais il relate de façon plus vraie que nature le quotidien des mômes qui rament et celui d’un prof qui a décidé de rester dans le même bateau qu’eux pour les faire accoster plutôt que de les laisser se fracasser dans les tumultes de la vie.

    Il serait bon de le lire avant d’écrire les annotations sur les livrets ou les bulletins de fin de trimestre et pourquoi pas, de l’avoir, dans son cartable, le jour du conseil de classe. Afin de se souvenir qu’en tout cancre vit d’abord un enfant ou un adolescent.

    Jean-Claude Robineau


    Extrait (c’est le cancre qui parle) :

    " Ce qui vous manque [à vous les profs], ce sont des cours d’ignorance ! On vous fait passer toutes sortes d’examens et de concours sur vos connaissances acquises, quand votre première qualité devrait être l’aptitude à concevoir l’état de celui qui ignore ce que vous savez ! Je rêve d’une épreuve du CAPES ou de l’Agrég où on demanderait au candidat de se souvenir d’un échec scolaire...

    ... Il faudrait exiger du candidat qu’il fouille plus profond,qu’il cherche vraiment pourquoi il a dévissé cette année-là. Qu’il cherche en lui, autour de lui, dans sa tête, dans son cœur, dans son corps, dans ses neurones, dans ses hormones, qu’il cherche partout. Et qu’il se souvienne aussi comment il s’en est sorti ! Les moyens qu’il a utilisés ! Les fameuses ressources...

    ... Pourquoi enseigner l’anglais et pas les maths ou l’histoire ? Par préférence ? Eh bien, qu’ils aillent fouiller du côté des matières qu’ils n’aimaient pas ! Qu’ils se souviennent de leurs faiblesses en physique, de leur nullité en philo, de leurs excuses bidons en gymnastique ! Bref, il faut que ceux qui prétendent enseigner aient une vue claire de leur propre scolarité. Qu’ils ressentent un peu l’état d’ignorance s’ils veulent avoir la moindre chance de nous en sortir...

    Daniel Pennac, Chagrin d’école, Gallimard, 2007, 19 euros