Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Autres secteurs
  • > Supérieur
  • 12 mars 2008

    Election des nouveaux conseils de l’université Paris 12 - Val de Marne


    Suite et fin

    Concernant le conseil d’administration, il faut revenir sur 2 points importants. D’une part, le CA nouvelle formule est restreint, l’idée de la loi étant de créer un organe décisionnel, centré sur les questions importantes et réactif. D’autre part, les pouvoirs du président sont accrus et les modalités d’élections doivent lui donner les moyens de gouvernance, notamment par une majorité claire. Pour cela, le mode de scrutin est maintenant de type municipal, c’est-à-dire que la liste qui arrive en tête rafle la majorité des sièges, les sièges restant étant distribués à la proportionnelle entre toutes les listes.

    Ces 2 points ont fait couler beaucoup d’encre et certains avaient anticipé, avec plus ou moins d’inquiétude, les dérives ou les problèmes que les établissements allaient pouvoir rencontrer : le risque de « despotisme » présidentiel était notamment mis en avant.

    A l’Université Paris 12, deux listes étaient en présence : celle de la Présidence, soutenue par le Sgen-CFDT et celle du Snesup. A l’issue du scrutin, la liste de la Présidence gagnait 1 siège IATOS, 1 siège pour les maîtres de conférences (collège B) et 6 sièges pour les professeurs (collège A), tandis que le Snesup obtenait 6 sièges pour les maîtres de conférences et un siège pour les professeurs.

    Ce résultat, dans le collège B, a surpris tout le monde, tant et si bien que nos collègues du Snesup ont diffusé dans la foulée un texte particulièrement véhément contre la loi LRU, certes, mais aussi contre la Présidence, proposant même une contre équipe présidentielle. Les collègues oubliaient également que des responsables Snesup travaillaient, depuis le début, en étroite collaboration avec la Présidente... et pas des moindres : la Vice-Présidente du CA et le chargé de mission au PRES Paris-Est, pour ne citer qu’eux ; d’autre part les positions du leader du Snesup au précédent CA étaient mesurées, du moins pour les questions concernant Paris 12 !

    La section Sgen-CFDT a répondu à ce texte du Snesup en regrettant la méthode et en revenant sur différents points justifiant notre soutien à la Présidence. Nous avons rappelé que l’ambitieux travail à mener au sein de notre université ne pourrait se faire qu’avec l’ensemble des personnels. Nous avons insisté sur le fait que les conseils doivent être des espaces de débat et de construction de l’université ; nous avons agi et continuerons d’agir sur des propositions et non en se mettant systématiquement en opposition à tout projet.

    La Présidence a également diffusé un texte que le Snesup s’est empressé de commenter et de critiquer... en continuant malheureusement sur sa lancée.

    Entre temps, la présidente et son équipe ont multiplié les contacts avec les élus, leurs organisations à différents niveaux et vérifié auprès de la DGES les modalités d’application de la loi, certains points pouvant donner lieu à des interprétations divergentes. Le Snesup s’est lui aussi agité avant la première réunion de ce nouveau CA.

    Réunion qui a eu lieu le 7 mars. Il s’agissait notamment que les membres se prononcent sur 2 points particuliers. Le premier était d’élire les personnalités extérieures dont Christian Dussable, responsable des questions de formation et d’emploi au sein de l’UD CFDT Val-de-Marne et représentant de la CFDT au Comité Master. Ensuite, les membres ont voté sur la poursuite du mandat de la Présidente. Le résultat fut sans appel : 20 pour et 9 contre (le Snesup).

    Notons que la Vice-Présidente Snesup a également été reconduite, avec 25 pour et 4 abstentions.

    Pour les autre conseils CS et CEVU, l’ambiance était tout autre.

    Voila sur cette étape de la vie de notre établissement.

    Ceci dit, l’université Paris 12 ne devrait pas être la seule à se retrouver dans ce cas particulier... et nous allons bien voir dans les mois qui suivent comment les autres universités vont gérer ces renouvellements de conseils.