Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Autres secteurs
  • > I.U.F.M.
  • > Formation continue - Conseil départemental de formation
  • 5 février 2009

    Le Sgen-CFDT appelle à la grève pour le mardi 10 février dans l’enseignement supérieur et la recherche.

    La fédération Sgen-CFDT a déposé un préavis de grève pour le 10 février et appelle aux arrêts de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche sur les mots d’ordre suivants :

    Le Sgen-CFDT exige :

    - que le gouvernement ouvre un débat national et public sur le métier d’enseignant-chercheur aujourd’hui et sur le système d ‘enseignement supérieur et de recherche dans notre pays ;
    - que le ministère déclenche très rapidement de véritables négociations avec les organisations syndicales ;
    - qu’il donne des assurances sur le caractère collectif de la mise en œuvre de la modulation (reconnaissance du travail en équipe et discussion collégiale au sein de ces équipes pour décider de la répartition du travail) ;
    - qu’il donne des garanties sur les instances de recours sur la répartition des services et sur les promotions ;
    - que le décret reconnaisse la situation encore trop difficile des femmes dans l’enseignement supérieur et qu’il traduise cette reconnaissance par des actes concrets comme le droit à un CRCT ( congé pour recherche ou conversion thématique) après un congé de maternité ;
    - que le gouvernement inscrive immédiatement l’équivalence TD-TP dans le régime des heures complémentaires ;
    - qu’il décide d’un collectif budgétaire pour accorder aux universités les dotations nécessaires pour permettre une bonne application des mesures ;
    - qu’il annule les suppressions de postes et prépare un plan pluriannuel de créations d’emplois ;
    - qu’il accorde une baisse de service pour tous, par exemple, par le retour aux 150 heures ;
    - qu’il reconnaisse toutes les tâches des enseignants-chercheurs et notamment les tâches administratives ;
    - qu’il arrête les réformes en cours dans les EPST et notamment le démantèlement du CNRS ;
    - qu’il garantisse le double caractère opérateur de recherche et agence de moyens de ces EPST ;
    - qu’il reconnaisse l’existence de métiers de la recherche et donc le maintien de personnels de statut EPST ;
    - qu’il prenne le temps d’écouter les personnels et leurs organisations pour réaliser une réforme réussie de la formation des maîtres. En tout état de cause, le Sgen-CFDT refusera une réforme du recrutement des maîtres qui aboutisse à l’abandon de la formation professionnelle.