Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/lang.php on line 32 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 38 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 39 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/acces.php on line 40 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/flock.php on line 60 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 560 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 561 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 609 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 619 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/sgencreteil.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc/texte.php on line 1419 SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil : Réflexion sur les Segpa
Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale


SGEN-CFDT de l’Académie de Créteil

  • Accueil
  • > Initiatives franciliennes
  • 3 septembre 2009

    Réflexion sur les Segpa

    Le point de vue d’un chef d’établissement sur l’évolution des SEGPA.


    Il y a longtemps, j’espérais voir la disparition des SEGPA par manque d’élèves mais pas pour les raisons que l’on observe aujourd’hui. En effet j’espérais que tous les élèves, profitant de remédiations précoces, arriveraient au collège avec les bases suffisantes pour aborder le second degré.
    Mais le constat est amère, fi du débat démocratique voici les méthodes expéditives !

    TARIR LA SOURCE

    La suppression de l’allongement de cycle dans le premier degré dû à la fluidité des parcours amène des élèves en grandes difficultés scolaires au collège sans retard. Les équipes éducatives des collèges sont donc confrontées à l’élaboration de dossiers pour des entrées en 5 ème de SEGPA, peu de ces équipes y sont préparées, tous les collèges ne disposent pas de SEGPA permettant cet accompagnement. Certaines méconnaissent les spécificités du public accueilli, les procédures d’accompagnement des élèves, les débouchés offertes... Il leur est alors difficile de conseiller et convaincre les familles du bien fondé de cette orientation.
    Il est d’autant plus difficile de convaincre les familles que l’arrivée tardive en SEGPA (5ème voire 4ème) ne garantit pas l’affectation du jeune dans une structure à proximité de son domicile mais là où il reste de la place, ce qui peut entrainer de longs trajets.

    La suppression des classes spécialisées (type adaptation et perfectionnement) et la suppression des RASED depuis longtemps en cycle 3 provoquent un accompagnement tardif des familles vers un projet SEGPA. Le sujet est abordé en fin de cycle 3 lorsqu’il devient urgent de trouver une solution pour l’entrée dans le second degré. Souvent un déni des problèmes, un report de responsabilité sur l’institution, une mauvaise connaissance des SEGPA… amènent les parents à demander le passage en 6ème comme une « dernière chance » espérant un éventuel miracle. D’où de faible effectif en 6ème voire des fermetures.

    EVOLUTION DU PUBLIC ACCUEILLI

    Les SEGPA disposant de places vacantes en 6 ème se voient affecter des élèves relevant du champ du handicap. Dans certaines SEGPA le nombre important de projets personnalisés de scolarisation les transforment en UPI « déficient cognitif » ou « trouble du comportement » déguisées.
    Cet état de fait a des conséquences non négligeables. Il entraîne tout d’abord une confusion chez les parents des futurs élèves de SEGPA qui refusent que leur enfant intègre un dispositif pour « fous » : d’où des refus d’affectation fréquents.
    Cela entraîne également une démotivation des équipes expérimentées. Les enseignants spécialisés se démotivent car il constate une évolution du public pour lequel ils ne sont pas formés, voire avec lequel ils n’ont pas choisi de travailler, donc dès qu’ils en ont la possibilité ils partent vers d’autres horizons d’où une forte augmentation des enseignants non spécialisés et parfois inexpérimenté (PE1) en SEGPA. Ce phénomène s’observe aussi au niveau des professeurs du collège où les volontaires se font rares. On remarque alors la réapparition de postes « fléchés » SEGPA attribué à des jeunes enseignants même dans des collèges où les classes étaient d’ordinaire réparties parmi les équipes enseignantes.

    SORTIE DE LA SEGPA

    Ce dispositif menait jusqu’à présent les élèves sur la voie de la réussite en Lycée professionnel ou en CFA dans des filières diplômantes. Le volet SEGPA des projets d’établissement prévoit un accompagnement des élèves en grandes difficultés scolaires sans troubles du comportement sur 4 ans. Il est difficile de remplir cette mission avec un public différent (troubles avérés et important du comportement ou/et déficiences cognitives) ou avec des élèves dont le cursus ne sera que de 3 voire 2 ans.
    Depuis environ 2 ans, les élèves relevant du handicap sortant de SEGPA poursuivent leur cursus en lycée professionnel en étant prioritaires pour l’affectation et se retrouvent à nouveau dans les mêmes classes. On constate alors un transfert des difficultés apparues en SEGPA quant à la gestion des différents publics accueillis avec un corps enseignant sans préparation particulière. Mêmes causes, mêmes effets … il y a désaffection des enseignants expérimentés pour ces classes réputées difficiles.

    Certes la loi de 2005 sur le handicap est une belle avancée sociale, mais à vouloir faire trop vite sans moyens spécifiques pour certains publics (handicaps cognitifs et/ou troubles du comportement) on prend le risque de provoquer chez nos futurs citoyens un rejet rédhibitoire soit l’effet inverse de l’objectif visé.

    Christine Bordes, principale adjointe dans l’académie